Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'humeur des Atréides

L'humeur des Atréides

Menu
Fantastic Mr Fox, de Wes Anderson

Fantastic Mr Fox, de Wes Anderson

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/71/80/31/19225583.jpgIl n’y avait pas besoin de mettre en image un renard, pour savoir que le cinéma de Wes Anderson est un cinéma racé. Il n’y avait pas besoin de faire un film d’animation pour se rendre compte que le cinéma de Wes Anderson est emprunt d’une grande maîtrise formelle. Et dans ce domaine, FANTASTIC MR FOX frise la perfection, le réalisateur s’étant entouré d’experts en matière d’animation volume (ou stop motion). On pense alors à d’autres films issus de ce fameux procédé tels les WALLACE ET GROMIT et autre CHICKEN RUN auxquels, d’ailleurs, le cinéaste se plait à rendre hommage.

Tout comme la magnifique fourrure de son goupil, Wes Anderson reluit dans la presse et plus encore, s'affirmant comme un réalisateur qui compte. Cinéaste chic de la mélancolie familiale,  à l’humour aigre-doux, Wes Anderson se lance dans l’animation pour ne surtout pas surprendre. Tout est là, les mêmes voix, les mêmes thèmes, la même patte ; et le même manque d’émotion. FANTASTIC MR FOX est à ce point policé, calculé, brossé - dans le sens du poil - qu’une fois de plus le système Anderson ne prend pas ou très peu. Le spectacle n’est certes pas désagréable mais paraît d’une étrange fadeur. Le dandysme vintage propre à la famille « andersonienne » atteint ici son paroxysme, laissant qu’une place restreinte à la sincérité.

Indéniablement, Wes Anderson est un cinéaste talentueux mais nous pensons que son cinéma n’est fait que de promesses qui, au fil de sa filmographie, ne se réalisent pas. La promesse d’une profondeur, d’une émotion enfouie qui surgirait des artifices habiles du metteur en scène. Hélas, c’est l’inverse qui se produit, l’accessoire contamine l’ensemble et le film n’existe que par une accumulation soignée de petites touches d’univers, disséminées ça et là comme si le spectateur visitait un musée. Visite insuffisante mais le maître texan est rusé, une promesse naît, à nouveau, en fin de parcours, dans une salle/scène, celle du loup, où FANTASTIC MR FOX décolle enfin. Alors, on se dit que Wes Anderson fera un jour un grand film. C’est donc là sa plus grande force ; savoir nous faire attendre.